fly-in-the-milk

 

fly-in-the-milk

 

L’EDITO
Zurich, 17 Juillet 2014

« Quel est le premier truc que tu remarques chez un homme ? » – Je fronce les sourcils, je réfléchis et elle me dit tout de suite – « Mais suis-je bête ! Les cheveux biensûr ! »

En terrasse, dans notre appartement zuricheois, avec ma copine Caro on parle de notre superbe soirée coupe du monde, de nos rencontres, de nos coups de cœurs et évidemment de garçons. La séduction à la Suisse, ce qui plaît, ce qui ne plaît pas…

A Zurich pour mon expo « WRONG EDUCATION », je découvre une ville à la fois très cosmopolite et très stricte. Bizarre ! Les règles y sont si strictes que la pollution n’est pas une option. Mode de vie stricte qui finalement permet une certaine liberté. Logique ! On est disciplinés, on peut donc se permettre de se baigner dans un lac propre, danser dans une rue propre. Une véritable remise en question sur le concept de la liberté que l’ont définit selon son bon vouloir (évidemment !). Bizarre comme cette question sur les cheveux ! C’est un réel attrait, c’est vrai. Ca l’a toujours été, c’est vrai. Pourquoi ? Qu’est-ce que j’aime tant dans une chevelure qui en dit tellement sur les gens ! Rebelle, libre, force de caractère… Serait-ce cela que je lis sur chaque mèche ?

Pour Dani Bumba, portrait blackattitude du moment, “la liberté est une des vertus de la beauté”. Un être libre, avoir la BLACKATTITUDE c’est donc forcément être beau? “L’élégance à Outrance” comme une découverte musicale qu’on ne peut pas caser, une édito féministe utopiste ou pas…

Un mois « FREE SPIRIT » pour une saison qui revèle les beautés.
Vive la contreculture ! Vive la BLACKATTITUDE !

2The-July+Aout-Couv-Blackattitude-dani-mumba-FREE_SPIRITedito
blackattitude-magazine-transculturalisme-magazine-meltinpot-edito
Sans tabous, à travers diverses cultures, La BLACKATTITUDE est libre

 

 

L’EDITO
E

nfin!

Les cheveux rebelles qu’on ne contrôle pas commencent à plaire! Je m’en vais souriante et confiante après mon interview. Une interview sur Radio NEwVO qui commence avec les questions que soulèvent mon exposition “WRONG EDUCATION” , je m’amuse à discuter avec l’équipe sur les conséquences de cette éducation, sur l’HERITAGE de nos ancêtres à tous et très vite on parle BLACKATTITUDE, la question du cheveux revient sur le tapis, un sujet oui mais une richesse que nos ancêtres nous ont légués à tous.
RICHESSE? Ou cadeau empoisonné? Comment la gère-t-on? Notre génération a plutôt appris à la cacher, la discipliner pour ne pas déplaire, on en arrive même à ne pas les aimer comme ils le méritent!

Oui discipliner l’afro car même ma photo d’identité semble déphasée par mon Afro insolent: “Assurez-vous que vos cheveux restent dans le cadre sans les attacher…” M’a dit la dame à la voix robotique du photomaton.
J’avais beau rager dans la cabine, après trois essais, mon identité ne semblait pas tjrs pas convenir d’après l’administration. Pour sur! Le modèle de représentation des cheveux les avaient lisses…

D’où l’envie en ce juin d’été de les laisser sortir du cadre. – “Je suis lingalophone” – a dit FALLY IPUPA qui a choisi de l’être parce que ses ancêtres lui ont légué cette langue alors que DIABLE les cadres! il élève le lingala. Il l’adapte à toutes les sauces, toutes les langues et la rend belle à l’oreille des autres. Alors avec la HairArtist Nadeen Mateky, on s’emballe pendant les brainstorming pour l’EDITO, on en veut toujours plus et puis f***ck! On fonce, on dérègle tout, on la montre cette coiffure qui dérange au ciné, qui froisse la dame du photomaton et l’administration avec!

Prisca Monnier et son afro (hors cadre)
TWITTER_June_Couv-Blackattitude-Fally-Ipupa
hERITAGE_Edito-PriscaMonnier

 

 

“And that’s a wrap!” –

Un univers VINTAGE pour avril, avec ses friperies qui depuis l’hiver dernier font des heureuses, ses nouvelles collections inspirées, la mode n’a jamais été aussi recyclée …

MAKING OFF // COUVERTURE :: Shoot Afyda Antara (COMING SOON) //
Lauren au maquillage et Catia Mota Da Cruz
à la Direction artistique avec Prisca M. Monnier
à la Photographie avec un travail de coordination
par Vanessa Bul’an’Sung
MODELES :: Stephanie Kola et Emeline Bilongo

Namibian trendsetter Loux the Vintage Guru. Photograph: Harness Hamese and Lukas Amakali

Edito_Oct-fashionweek-paris

Me suis-je dit après cette Fashion Week…

Prisca M. Monnier // Journal de Bord d’une Fashionista qui s’ignore //

Grandes, minces, le regard blazé et blondes surtout! Chacunes de leurs apparitions suscitaient un engouement. Dior, Chanel, Elie Saab, Louis Vuitton, Celine… Fraîchement démaquillées avec leurs coiffures transpirant encore les catwalk de leurs défilés. Ces nouvelles “MODELS” qui même mannequins, sont des modèles pour toutes ces jeunes filles qui criaient leurs noms si à la sortie des défilés.

Je me suis sentie dépassée… Elles sont toutes blondes, même taille, même expression. Certaines se démarquent un peu, Cara Delevine, Miranda Kerr, Gisèle Bünchen,… Celles qui ont du caractère se retrouvent bien vite actrices comme Bérénice Marlohe et il ne reste plus que du blond pour remplir le vide des podiums. L’espace d’un instant, je me retrouve nostalgique des années 90, l’âge d’or du mannequinat, des Cindy Crowford, Naomi Campbell et Linda Evangelista. On les connaissaient toutes au moins! Chacune avait sa touche, son caractère!

En plus, dans cette uniformisation terriblement ennuyeuse, s’ajoute un manque cruel de diversité raciale. On compte les beautés asiatiques, noires et orientales du bout des doigts! “Je suis trop petite pour certaines agences” – dit Nadège, 20 ans, 1m75 et mannequin avec son “je ne sais quoi” – Kate Moss fait 1m70! Mais, elle s’était différent… En quoi? On dirait qu’il y a un quota d’acceptation du noir ou de l’asiatique mais dans quel intérêt? Pour avoir plus de blondes qui se ressemblent? Et c’est pareil pour les couvertures de magazine! Une noire en couverture, ça fait tout de suite le buzz! “Ah mais tu oublies Alek Wek Prisca!” – Ah super! t’as raison, on a notre quota noir, tout va bien! Et avec Vogue Italia et son “Black Issue” on devrait être contents, chouette! Le noir reste encore une catégorie, un critère. Rien ne change. Je suis rassurée.

Aux Etats-Unis, les icônes noires de la mode s’allient pour dénoncer cela. Bethann Hardison, ancien mannequin des 70’s lance une bombe quelques semaines avant la Fashion Week New York. Soutenue par Iman Bowie et Naomie Campbell, la lettre qui accuse très clairement l’industrie de la mode de racisme fait réagir certains designers. En France et en Italie, c’est le calme plat, on clame “la liberté laissée aux créateurs dans le choix de leurs mannequins” (ref. Le Monde) et on se cache derrière des mots comme “communautaire” quand on dit BlackFashionWeek ou MissBlackFrance. Voilà, fin de l’histoire.

“Tu es plutôt “selfie” toi non?” – Ai-je entendu pendant les vacances d’hiver. “SELFIE”? Oui… Heu… C’est quoi? Une image des infos avec Obama critiqué pour son “selfie” avec Helle Thorning Schmidt me revient. “Ah ouiiii…!”

Edito_bLACKattitude-anastasia-selfie

 

 

 

 

SELFIE, le moyen de communication, de partage dans les réseaux sociaux entre adolescents est mis en avant cette année. En effet, J’ai été une grande ado quand je me suis offert mon premier iphone… 🙂 Ado comme la grande duchesse de Russie, Anastasia « l’une des premières ados à avoir pris un selfie en 1914 » d’après les organisateurs du National #Selfie Portrait Gallery (Thomas Bourdeau, RFI).
Définition de l’Autoportrait, décrit comme grand phénomène de l’année 2013, “international Word of the Year 2013” par L’Oxford English Dictionary, le SELFIE nous donne des envies “nacissiques” et les réseaux sociaux s’en nourrissent. Et la lumière fut! Une ère bien étrange qui, grâce à l’invention de la photographie (et la peinture avant elle) s’adapte bien à la grande tendance du moment: LE “SELF” (SOI). “Self Defense”, “Self-service” ou le “DO-it-YourSELF”… Dernière pratique de plus en plus courante d’ailleurs. Une Prise de pouvoir, une expression de ses envies, une créativité aussi… Sur la mode, la coiffure, la beauté… Sur sa vie.

La “BLACKATTITUDE” s’inspire de cette rebellion contre les conventions et les règles qui rassurent tant notre société…

BLACK? Oui Black, comme une couleur ou toutes les couleurs, comme un humour, comme un code … Un mot que j’aime à employer avec ATTITUDE. Un mouvement, une tendance comme le SELFIE qui s’adapte à toutes les cultures, à tous les sexes, à toutes les ères du temps.
 
Xoxo!


China Moses et Prisca M. Monnier // Mama Shelter Paris

Ca y est ! Je panique, il est 16h ! L’heure programmée du shoot tant attendu était pour 15 ! Elle arrive, elle a été retardée… Okay, pas de panique ! Tout est prêt, le matos, la chambre où elle doit se changer, les prises de vue dans ma tête… non, en fait, je panique ! Le soleil réchauffe nos neurones sur la terrasse du Mama Shelter, l’équipe est au complet, chacune sait ce qu’elle doit faire, Vanessa prépare le magnéto pour l’interview, «Elle est là, on monte les filles !», texto de Cynthia-Laure… Je panique…
China Moses fait son entrée! Un charisme fou, un style énorme, je souris «Prisca M. Monnier, je serais votre photographe» – «Tu me dis tu, s’il te plaît!»; Je n’oublierai jamais cette réponse main de fer dans gants de velours. Je ne m’y étais pas préparée, en même temps, rien ne pouvait m’y préparer… Vite ! Pas le temps, on se dirige dans sa chambre, s’ensuit interview-maquillage-compositions looks-photos making off… On maximise tout, il faut rester concentrées, mais il nous reste 20minutes !
L’équipe ne se laisse pas démonter (je vous adore les Miss !) – Catia dirige China, je fais de clicks déchaînés, à chacun de ses signaux, je laisse la place à Cathy pour les plans vidéos – Le temps s’arrête. China, généreuse, fait son «show», on rit de ses anecdotes, on parle anglais, on s’amuse… Je n’arrive pas à y croire, trois clichés de looks photographiés et filmés à la fois et en un temps recors ! Je ne panique plus… La rubrique « Interview » est meublée de superbes visuels.
Eh bé ! Quelle journée ! Le shoot de la «Missblackattitude» de Juillet c’était du gâteau à côté de ça, mais c’est une délicieuse angoisse que j’espère revivre encore …
Prisca M. Monnier

DIRECTRICE ARTISTIQUE
& REDACTRICE EN CHEF