Le cas curieux de Cyrus Kabiru

Comment se fesses qu’un artiste nous plaise ?
Comment se fesses qu’un artiste plaise ?
King des lunettes de récup’, artiste opticien,
aux petits soins avec les encombrants,
Cyrus Kabiru vaut le détour.

Cyrus-Kabiru_Macho-Nne-15_Egyptian-Prison_2015_Blackattitude-Antoine-Paris

Cyrus Kabiru, avec ses lunettes kaléidoscopes, ses lunettes pour crocodile mal luné, ses lunettes que chausse la lune qui va chercher ses croissants la tête dans le uque…
Cyrus Kabiru, artiste, kenyan, un peu dingue, qui recrute parmi l’électroménager éclopé, les cannettes laissées pour compte, les bouts de fer insignifiants…
Cyrus Kabiru explore les coins de rues perdus, les débarras, et de ses doigts magiques crée des objets pas vraiment utiles que ta grand-mère aurait volontiers jeté à la poubelle par inadvertance.

Celui-là est un poète ! Ta grand-mère, paix à son âme, n’avait pas vraiment de goût, reconnais-le…
Posées sur ton nez comme un oiseau perdu, comme un vautour qui attend la mort de ton regard critique, agrafées au milieu de ton visage comme de fausses Ray-bans fabriquées par un fou, délibérément excentriques, les lunettes du sieur Kabiru déboitent.

Les oeuvres de Cyrus Kabiru seront exposés la Foire comptemporaine AKAA du 3 au 6 Décembre à Paris

Related posts:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *