Hassan Hajjaj, du 1:54 à “Larache”…

Des artistes de tous les horizons allaient exposer
leurs oeuvres autour de l’Afrique pour le très célébré
1:54, Festival d’Art Contemporain de Londres.
C’était sans compter cette rencontre inattendue
au hasard de nos errances dans la ville british…

Artists from all over the world came to celebrate Africa
at the very well known 1:54, African Contemporary Art of London.
This was without reckoning with the unexpected encounter
we made in our random walks in the city…

 

Blackattitude-LARACHE-Londres-Art-Mode-HASSAN-HAJJAJ-PriscaMonnier-CatiaMotadaCruz

Larache by Hassan Hajjaj | Photographie Bezem Kassan

 

Au tournant de Calvert Avenue, à Londres, se trouve un petit univers haut en couleurs. Comme ensorcelées, nos yeux sont attirés et nous font scruter la vitrine tels des badauds que nous sommes. La caverne d’Ali Baba aux allures de boui-boui pop-art moderne est visiblement fermée. A l’entrée, on pouvait apercevoir une motocyclette trôner, des bidons d’huile bariolés, cruches, lanternes orientales, boîtes de conserves sont exposés par milliers, puis plus loin, des tapis enroulés… Un autre monde.

De l’intérieur, un homme au regard rieur nous remarque et nous invite généreusement à entrer. « Entrez! Entrez! N’hésitez pas! Faites comme chez vous! ». L’homme, aux traits méditerranéens bien trempés et un accent anglais à couper au couteau nous sert naturellement le thé dans un majestueux bordel qu’il appelle “Larache”. Et c’est comme cela que nous avons rencontré Hassan Hajjaj.
Nous nous laissons donc bercer par son univers. Commence alors une épatante conversation sans retenue entre inconnus liés par les aléas de la vie.
Et juste comme ça, sur un fauteuil confectionné sur des caisses de coca, au milieux de coussins colorés, il nous parle de sa fille de 22 ans qui vient de s’installer à Dubaï, tout en nous offrant le recueil de photos du « My Rock Star Experimental ». Juste comme ça, on nous parlant du Maroc, de son parcours, de son art, juste comme ça… Parce qu’on le peut, parce qu’on le doit et s’interdire des choses est totalement dérisoire à Larache.

In London, on Calvert Avenue, there is a place full of colourful wonders. Vintage looking bike at the entrance, multi-coloured oil barrels, jugs, oriental lanterns, carpets and millions of cans… One cannot deny the attraction to all the exotic decorations in this Ali Baba’s cave style place. That is a fact. And staring through the window like we did that day, we were no exception. When we arrived, the little pop-art dive seemed to be closed.
But a few minutes later, a mediterranean looking man waved us from the inside. And with a large smile and his english accent sharp as a knife, he invited us to come in. “Get In, Feel Free, make yourself confortable! » That is how we met Hassan Hajjaj.

We quickly find ourselves chatting and drinking tea, generously served by our host in a beautiful chaos. And just like that, we learn about his daughter of 22 just moving to Dubaï, in the middle of cushions and coca-cola plastic crates, we get his « My Rock Star Experimental » book a welcome gift, we talk about Morocco, different things here and there… Just like that. Because we can. Because we must. And because it’s so seem so picayune, so futile, so small to restrain ourselves at « Larache ».

19

Photographer I Lamia Lahbabi
Wax Super Deluxe Collection by Hassan Hajjaj & Amine Bendriouich
Hat by Hassan Hajjaj

 

Hassan est un vrai touche à tout, comme on les aime et de surcroit, véritable passionné qui au travers des années n’a de cesse de se renouveler. “Quand on est autodidacte comme moi, on acquiert une certaine habilité à faire plein de choses. Au final, on en sait beaucoup plus qu’on ne le croit… Je n’ai jamais eu peur de l’échec parce que je n’ai jamais été formé à quoi que ce soit. ” – rajoute-t-il en nous montrant ses différents projets.
L’artiste dans toute sa splendeur.

Hassan revient alors sur son parcours, ses influences, ses projets en cours et à venir… On parle de son indétronable projet, My rock stars Experimental avec cette mise en scène explosive de créativité signée Hassan Hajjaj autour de d’artistes issus d’univers totalement différents. Le projet qui avait déjà parcouru les grands festivals artistiques dont Paris Photo Los Angeles en mai dernier et revient encore cette année à la Foire contemporaine Africaine AKAA. On découvre également ses nouvelles séries photos, ses projets vidéo avec ses «  on » et ses « offs » qui font envie.

 

 

Making off du Shooting de la campagne 2015 de la marque Sole DXB avec comme égérie l’artiste Amine Bendriouich. Une vidéo réalisée par Hassan Hajjaj.

Produced by Sole
Videographer Joshua Lawrence
Soundtrack Simo Lagnawi ‘Dounia’ off the album The Gnawa Berber

 

Il nous titille avec des petits extraits de ces prochains mini-films comme KARIMA qui sera présenté à Paris lors de l’ASVOFF (A shaded View on Fashion) au Centre Pompidou du 2 au 6 Décembre 2015. Ce qu’il nous annonce avec son imperturbable bonne humeur.
Devant les archives de son ordinateur qui regorgent de trésors, on reste s’extasiées. Ses vidéos restent le reflet de ses photographies. Un véritable concentré de ses différentes casquettes: Musique, Mode, Film et Design.
« This Is brillant, I love it…! » – Lance-t-il en feuilletant notre magazine…
C’est le souvenir d’un Hassan qui se balade dans sa caverne bercés par des rythmes endiablés de différentes contrées qu’on gardera de cette journée.

 

Blackattitude-LARACHE_2-Londres-Art-Mode-HASSAN-HAJJAJ-PriscaMonnier-CatiaMotadaCruz

A few draws and a few pictures later, he comments on his experience, his influences, his ongoing and future projects… Together, we go over the famous video of the « My Rock Stars Experimental » project with the different artists who played along in this explosion of creativity. The project that was showcased in Photo Paris Los Angeles in may, has experienced such tremendous success. It’s being exhibited again at the AKAA festival this year. We discover his latest findings and photographs as well as his new video projects. We stay captivated by the « on » and « offs » of the videos that he shows us. Like « KARIMA », his next video that will be presented at the ASVOFF (A Shaded View of Fashion) at the Centre Pompidou in Paris (From the 2nd to 6th of December 2015) – says Hassan, happy but undisturbed.
His videos are a pure reflection of his photographs. A real concentrated of the different universes he constantly flits back and forward: Music, Fashion, Film and Design.

Carried by the devilish rhythms we ever heard, holding BlackAttitude Magazine in his hands, he adresses these words : « This is amazing! it’s brilliant, I love it…! ».
That is the Hassan we will remember.

Related posts:

Dans le Monde d'Aniko
NOR BLACK NOR WHITE
Silent Genius

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *